Dossier : Deficience visuelle

Basse vision : bien choisir les aides à la lecture

Vision : lunettes

Pour que votre proche ne perde pas le plaisir de lire, malgré son handicap visuel, il convient de soigner l’éclairage de la pièce de lecture. Les loupes, agrandisseurs et autres accessoires peuvent aussi lui être utiles. Pour bien les choisir, voici les conseils de Amélie Klément, orthoptiste, une spécialiste de la rééducation visuelle.

Pour que votre proche ne perde pas le plaisir de lire, malgré son handicap visuel, il convient de soigner l’éclairage de la pièce de lecture. Les loupes, agrandisseurs et autres accessoires peuvent aussi lui être utiles. Pour bien les choisir, voici les conseils de Amélie Klément, orthoptiste, une spécialiste de la rééducation visuelle.

Soigner l’éclairage

Si l’éclairage ne change pas la vision, il est un élément clé du confort visuel. « En règle générale, il est important qu’il soit de bonne qualité afin d’améliorer la perception des contrastes. On favorise une lumière de  type « lumière du jour » (environ 4500°K) car une lampe trop forte, trop blanche peut provoquer des phénomènes d’éblouissements qui gênent la lecture. », Explique Amélie Klément[1]. Une fois le bon éclairage choisi, il faudra également trouver une bonne position de lecture pour limiter les ombres et reflets.

 « En cas de rétinite pigmentaire ou de DMLA (Dégénérescence Maculaire liée à l’Age) il n’est pas rare d’utiliser des filtres colorés sur les lunettes pour améliorer la vision des contrastes et limiter l’éblouissement. »

De plus, la couleur de fond du support peut être trop lumineuse, trop éblouissante et gêner dans la lecture. Mais sachez qu’il est possible de changer la couleur de fond d’écran des supports numériques comme les téléphones, tablettes ou liseuse. Pour les enfants déficients visuels, on peut aussi demander aux instituteurs de changer le support de travail, remplacer le tableau blanc par l’ancien tableau noir par exemple ou jouer sur la luminosité de la salle de classe.

Agrandir

Une fois la question de la lumière résolue, certaines aides peuvent être utile pour grossir un texte, une étiquette de supermarché ou la télé. Voici les principales :

Ces équipements peuvent coûter très cher (de 200 € pour une loupe électronique à 5000 € pour les video agrandisseurs les plus sophistiqués). Toutefois, votre proche peut bénéficier d’aides, à partir du moment où son handicap est reconnu. Il faut pour cela s’adresser à la Maison Départementale de la Personne Handicapée. « Dans tous les cas, il est important de prendre son temps et de faire des essais, avant de se lancer dans l’achat de ce type de matériel », conseille Amélie Klément. « Par exemple, une personne présentant une DMLA, n’aura pas toujours besoin agrandissement maximum tout dépend de la taille de la tâche qui affecte sa vision centrale. Dans l’idéal, l’orthoptiste et l’opticien qui fournit le matériel devraient travailler main dans la main. La personne devrait pouvoir faire des séances de rééducation avec les dispositifs afin de bien savoir les utiliser. »

Les autres aides

Dans les catalogues spécialisés[2], vous trouverez également des objets qui faciliteront le quotidien de votre proche : clavier d’ordinateur ou téléphones à grosses touches, montres ou agendas agrandis etc. De même, des éditeurs[3] se sont consacrés à la publication d’ouvrages et de grilles de jeux et mots croisés  en gros caractères. Une bonne solution pour conserver le plaisir de lire et de jouer, malgré tout.