Dossier : Incontinence urinaire, le dossier

Un lit selon ses besoins et les vôtres

Aménagement chambre : Homme dans son lit

Il a du mal à se lever de son lit ou risque d'en tomber ? Avant d'opter pour un lit médicalisé, vous pouvez adapter le lit de votre proche à ses besoins.

Il a du mal à se lever de son lit ou risque d'en tomber ? Avant d'opter pour un lit médicalisé, vous pouvez adapter le lit de votre proche à ses besoins.

Avant d'investir dans l'achat ou la location d'un lit médicalisé, vous pouvez adapter à moindre coût la literie de votre proche. Elle sera ainsi plus confortable pour lui, ainsi que pour vous.

Attention : Si votre proche, en raison de son état de santé, a besoin d'aménagements plus spécifiques, lisez notre article : « Un lit adapté à sa maladie ».

Rehausser son lit

Faire gagner quelques centimètres à son lit lui permettra de se lever plus aisément et de faciliter les soins que vous lui prodiguez au lit.

  • Les rehausseurs de lit sont des blocs de 9 à 15 cm de haut dans lesquels on insère les pieds du lit (à partir de 20 euros les quatre).

  • Les pieds de lit extensibles sont à installer à la place des pieds existants. Leur hauteur est réglable en soulevant le lit (Réflex®, Podolift®… à partir de 45 euros).

  • Le lève-matelas électrique, à positionner sous le matelas, permettra à votre proche de se redresser sans effort et vous évitera de le soulever pour l'asseoir (autour de 650 euros).

Ajouter des accessoires

  • Vous pouvez installer sur le matelas un dossier inclinable manuellement, afin que votre proche puisse passer un moment assis (autour de 40 euros).

  • Une barre ou canne d'appui pourra être fixée au lit afin qu'il s'y appuie pour se lever (à partir de 100 euros)

  • Pour éviter les chutes, vous trouverez des rambardes de lit escamotables, qui s'adaptent à la plupart des lits (à partir de 100 euros la paire).

Changer son matelas ?

Si le matelas de votre proche tarde à reprendre sa forme initiale après qu'il s'est levé, le matelas est usé et nécessite d'être changé.

Choisissez un matelas ni trop mou ni trop dur pour éviter les douleurs, les problèmes de dos et les escarres. Il doit être moelleux quand on s'allonge, mais ferme pour le soutien. L'idéal serait que votre proche le teste lui-même avant de l'acheter. Si ce n'est pas possible, essayez-le à sa place.

  • Couché sur le dos : si on peut passer la main entre les reins et le matelas, c'est que le matelas est trop ferme.

  • Appuyé sur un coude : si le coude s'enfonce dans le matelas, c'est qu'il n'est pas assez ferme.

 

En savoir plus: 

Liens utiles :

Source :

E. de Guitaut (dir.), Bien vieillir à la maison, Senior Lifestyle, 2006