Dossier : Aider un proche atteint de Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive

BPCO : astuces au quotidien

Aménagement BPCO : femme qui ouvre les rideaux

Quelles habitudes devez-vous avoir à la maison pour éviter une crise de toux à votre proche? Quelques conseils pour que la vie chez lui soit plus sécurisante.

Quelles habitudes devez-vous avoir à la maison pour éviter une crise de toux à votre proche? Quelques conseils pour que la vie chez lui soit plus sécurisante.

Ne négligez pas les détails qui peuvent, à la maison, déclencher des quintes de toux et des essoufflements chez votre proche. Vous garantirez le confort de votre proche et éviterez que la maladie s'aggrave.

Limitez les particules en suspension dans la maison

Savez vous que l'air de la maison est beaucoup plus pollué que celui de l'extérieur ? Moins libres de se déplacer, les particules microscopiques en suspension dans l'air y sont plus nombreuses. Elles irritent les poumons de votre proche, le font tousser et plus grave, peuvent entraîner des exacerbations de BPCO. Pour savoir comment limiter pollution dans la maison de votre proche, lisez les éléments d'information de notre test « son environnement est-il propice à une crise en ce moment ? »

Évitez le risque de contagion

Les poumons de votre proche sont fragiles et un rhume ou une grippe peuvent vite se transformer en infection pulmonaire, exposant votre proche à un risque d'exacerbation de BPCO. Évitez de contaminer votre proche en :

  • vous lavant fréquemment les mains avec du savon,
  • désinfectant régulièrement les nids à microbes de votre maison : poignées de portes, clavier d'ordinateur, combinés de téléphone...
  • portant un masque de protection et en évitant tout contact physique avec votre proche si vous avez un rhume,
  • vous faisant vous aussi vacciner contre la grippe.

Une bonne alimentation

La BPCO n'impose pas de régime particulier. Une alimentation saine et équilibrée est pourtant indispensable pour éviter :

  • le surpoids : il favorise l'essoufflement et génère d'autres pathologies (diabète, maladies cardiaques...) qui compliquent l'évolution de la maladie.
  • la dénutrition : respirer demande une grande dépense énergétique pas toujours compensée par l'alimentation de votre proche qui maigrit, se fatigue et s'essouffle très vite. De plus, se nourrir est un effort en soi qui peut l'empêcher de s'alimenter suffisamment : faites-lui prendre 5 ou 6 petits repas plutôt que trois gros dans la journée. Les personnes dénutries meurent plus vite de la BPCO.

Mettez en place un suivi hebdomadaire de son poids et si vous constatez que votre proche maigrit ou grossit, parlez-en vite à son médecin.

Empêchez tout accident avec les fils de l'appareil d'oxygénothérapie

Les fils d'un appareil d'oxygénothérapie peuvent se coincer dans une porte, être pincés ou écrasés avec de graves conséquences sur la respiration de votre proche. Savez-vous que les derniers modèles portables dispensent 10 heures d'autonomie ? Votre proche a son appareil sur lui et les fils ne traversent plus toute la maison. Renseignez-vous auprès de son prestataire ou de son médecin. Si votre proche ne veut ou ne peut pas se procurer ce type d'appareil, évitez d'encombrer le sol afin que les fils ne se coincent pas.

En savoir plus: 

Sources

  • L'Air de rien, Comité National contre les Maladies Respiratoires, 2010
  • Vivre avec une broncho-pneumopathie chronique obstructive, Haute Autorité de Santé, 2007
  • Alain Murez, Président de la Fédération Française des Associations et Amicales de malades, Insuffisants ou handicapés Respiratoires (AFFAIR), présidents de l'association Ça Manque Pas d'Air.