Il a perdu le goût ? Aidez-le à garder du plaisir

Goût : viel homme humant un thé

Perdre le goût, c'est perdre une grande part du plaisir de manger. Nos « recettes » pour aider votre proche à faire face.

Perdre le goût, c'est perdre une grande part du plaisir de manger. Nos « recettes » pour aider votre proche à faire face.

La perte du goût accompagne très souvent la perte de l'odorat, mais elle peut avoir d'autres causes : le port d'un appareil dentaire (dentier) notamment. Très handicapante, elle peut avoir un impact considérable sur le moral de votre proche. Vous allez donc devoir rivaliser d'imagination pour donner à votre proche de nouvelles sources de plaisir. Perdre le goût oui, mais pas le goût de la vie !

La communication avant tout

Pour que votre proche vive la perte des saveurs le plus sereinement possible, il est essentiel de communiquer ! Car il risque de se sentir isolé par ce nouveau handicap. Vous allez donc devoir tenter de comprendre ce qu'il ressent en lui posant des questions. Deux mots clefs : écoute et partage. Pour le Docteur Corinne Eloit, ORL à l'Hôpital Lariboisière, « le simple fait de montrer qu'on les comprend, ou du moins qu'on essaie de les comprendre, est vraiment bon pour le moral des personnes qui ont perdu ce sens  ».

Place à l’imagination

Pour les repas, il va vous falloir être imaginatif. Toutes lesperceptions gustatives de votre proche n'ont peut-être pas disparu. Essayez la nourriture du monde entier, exotique, épicée ou piquante. Coriandre, curry, piment… Ces ingrédients au goût très prononcé sont autant de sensations potentielles. A chaque fois, demandez-lui ce qu'il en pense. Ce qu'il a aimé et ce qu'il n'a pas aimé. Faites-lui décrire « par le menu » chaque ressenti agréable ou désagréable. Décryptez ensuite, avec l'aide éventuelle d'un(e) diététicien(ne), chacune des saveurs perçues, aimées ou détestées. Vous l'aiderez ainsi à découvrir ce qui lui plaît.

Non à la diversion

Selon le Dr. Eloit, l'erreur (tentante !) serait de faire diversion en faisant appel aux autres sens. « Il ne faut pas essayer d'orienter son intérêt vers des plaisirs alimentaires non gustatifs comme la texture ou la couleur des aliments par exemple », insiste-t-elle. Il y a de fortes chances que votre proche n'y trouve aucune satisfaction et qu'il vous en veuille de ne pas le comprendre.

En savoir plus: 

Source

Dr Corinne Eloit, ORL à l'Hôpital Lariboisière