Grand âge : des besoins nutritionnels différents

Alimentation : personne en train de couper des légumes

Contrairement à une idée reçue, votre parent âgé ne doit pas manger moins mais adapter son alimentation aux effets du vieillissement.

Contrairement à une idée reçue, votre parent âgé ne doit pas manger moins mais adapter son alimentation aux effets du vieillissement.

Nous croyons souvent que nos aînés n'ont pas besoin de manger autant que nous : ils ont souvent peu d'appétit et sont vite rassasiés. Pourtant, les besoins nutritionnels d'une personne âgée ne sont pas plus faibles qu'ils l'étaient dans sa jeunesse. Ils peuvent en revanche légèrement différer, en raison des conséquences normales du grand âge.

À noter : Comme vous le lirez ci-dessous, votre proche doit garder une alimentation variée et équilibrée. Il est nécessaire que ses repas soient complets, en particulier le soir où beaucoup se contentent d'un repas frugal. Mais attention, ne modifiez pas son régime alimentaire sans l'avis préalable de son médecin.

Une moins bonne assimilation

Avec l'âge, la digestion se fait plus lente, l'organisme utilise moins bien les éléments nutritionnels apportés par l'alimentation et il fait moins de réserves. Même sans activité physique, votre proche a donc besoin de manger autant qu'un adulte pour avoir tous leséléments nécessaires à sa santé.

La fonte musculaire

Les protéines qu'il mange sont essentielles à la fabrication des muscles. Comme il les assimile moins bien, il lui en faut plus pour remplacer celles qui sont naturellement dégradées dans ses muscles. A 80 ans, il devrait en consommer 20 % de plus qu'un adulte, afin de ralentir la fonte des muscles, de récupérer du tonus et d'éviter les chutes.

La fragilité osseuse

Avec l'âge, les cellules osseuses sont plus rapidement détruites que de nouvelles sont créées. Si bien qu'entre 40 et 80 ans, votre proche peut perdre de 25 à 50 % de sa masse osseuse selon qu'il est un homme ou une femme, avec un risque d'ostéoporose. Afin de rendre ses os plus solides et éviter les fractures, il est essentiel de lui apporter un surplus de calcium et de vitamine D : quatre produits laitiers par jour, contre trois pour un adulte.

Une moins bonne gestion du stock d’eau

Les mécanismes de régulation de l'eau dans le corps de votre proche sont moins performants qu'autrefois. Il ressent moins la soif mais élimine autant. Ainsi, il a besoin de boire plus qu'un adulte : après 65 ans, l'idéal est de consommer 1,7 litre d'eau par jour, en plus des apports alimentaires, contre 1,5 litre chez l'adulte.

En savoir plus: 

Sources