Dossier : Incontinence urinaire, le dossier

L'incontinence urinaire

Incontinence : femme âgée assise sur les toilettes

Vue comme un aléa du grand âge, l'incontinence urinaire est souvent vécue avec fatalisme. Parce qu'elle rime avec honte, elle est volontairement tue. Se faisant, elle occasionne une gêne parfois terriblement pesante. Pourtant, s'informer pour la comprendre, c'est bien souvent se donner la possibilité de la traiter ou d'apprendre à vivre avec.

Vue comme un aléa du grand âge, l'incontinence urinaire est souvent vécue avec fatalisme. Parce qu'elle rime avec honte, elle est volontairement tue. Se faisant, elle occasionne une gêne parfois terriblement pesante. Pourtant, s'informer pour la comprendre, c'est bien souvent se donner la possibilité de la traiter ou d'apprendre à vivre avec.

Mais qu'appelle-t-on exactement « incontinence urinaire » ? C'est une perte d'urine involontaire et incontrôlée, même de faible volume. En France, 30 à 40% des personnes âgées de 75 à 90 ans sont concernées. Et malheureusement, l'incontinence est la cause de près d'un tiers des placements en institution. C'est pourquoi comprendre, et donc apprendre à gérer les fuites urinaires de votre proche va souvent de pair avec son maintien à domicile.

Pourquoi est-on incontinent ?

Chez une personne âgée, les causes de l'incontinence urinaire sont multiples : le vieillissement, une pathologie touchant l'appareil urinaire ou les effets secondaires de ses traitements... Certains aliments ou même de mauvaises habitudes peuvent la favoriser. L'incontinence est souvent le signe d'un problème sous-jacent, ce qui doit vous amener à consulter.

L'incontinence se soigne-t-elle ?

La grande majorité des incontinences peut être soignée ou améliorée, même chez un parent dépendant. Pour une personne âgée, la prise en charge est souvent globale et repose sur un traitement médicamenteux , une rééducation périnéale et/ou comportementale auxquels s'ajoutent, lorsque c'est nécessaire, des traitements chirurgicaux.

Et les protections urinaires ?

Bien que les protections urinaires ne remplacent pas une consultation chez un médecin, elles sont parfois indispensables. Elles doivent alors être adaptées à votre proche. Parmi l'éventail de formes qu'offre le marché, il est important de savoir où les acheter, et surtout, bien les choisir. Pour bénéficier au mieux de leur protection et limiter le risque d'apparition de problèmes cutanés, il faut les mettre correctement et effectuer les soins adéquats lors des changes.

Au quotidien

Penser à ce qui pourrait améliorer la qualité de vie de votre proche et aggraver son incontinence est un travail de tous les jours. Cela implique dans un premier temps de parler à votre proche de son incontinence, afin de trouver ensemble les solutions qui peuvent l'aider. Il s'agit par exemple d'aménager son intérieur de façon à faciliter l'accès aux toilettes, d'éviter les aliments diurétiques ou irritant la vessie, de programmer ses visites aux toilettes...

Vous faire aider

Avec le vieillissement de la population, l'incontinence urinaire devient l'un des grands sujets de notre société. On en parle d'avantage et aujourd'hui, de nombreux organismes existent pour vous apporter l'aide, les conseils et le soutien dont vous avez besoin . N'hésitez pas à vous renseigner auprès d'eux, et gardez à l'esprit que la meilleure façon de vivre avec l'incontinence, c'est avant tout d'en parler à son médecin.