L’allocation de fin de vie, pour qui?

Aides financières :couple

Depuis le 14 janvier 2011, vous pouvez obtenir une compensation financière à votre perte de salaire si vous accompagnez votre proche en fin de vie.

Depuis le 14 janvier 2011, vous pouvez obtenir une compensation financière à votre perte de salaire si vous accompagnez votre proche en fin de vie.

Qui peut bénéficier de l'allocation de fin de vie ?

D'un montant maximum de 53,17 euros par jour (au 1er janvier 2011), l'allocation journalière de fin de vie, versée par la Caisse d'assurance maladie, est destinée à compenser la perte de revenus pour accompagner un proche en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable. Vous pouvez y prétendre si :

  • Vous êtes salarié et vous êtes en « congé de solidarité familiale », un congé destiné à permettre de s'occuper d'un parent en fin de vie ;
  • Vous êtes non salarié, exploitant agricole, profession libérale et vous avez suspendu ou réduit votre activité pour vous occuper de votre proche ;
  • Vous êtes un chômeur indemnisé.

D'autre part, votre proche doit être une « personne en phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable, qu'elle qu'en soit la cause ».
Attention, l'allocation ne peut être versée qu'à quelqu'un de la famille (parents, enfants, frères, sœurs, cousins…), une personne de confiance de votre proche ou à la personne qui partage son domicile. Elle peut aussi être répartie entre plusieurs personnes de l'entourage.

Combien de temps ?

  • Si vous cessez complètement votre activité professionnelle pour consacrer du temps à votre proche, le versement de l'allocation journalière de fin de vie ne peut excéder 3 semaines (21 jours, ouvrables ou non). Son montant est fixé à 53,17 euros par jour.
  • Si vous réduisez votre temps de travail (¾ temps, ou mi-temps, par exemple), l'indemnité journalière est de 26,58 euros par jour, versée pendant une durée maximale de 42 jours.

Que votre proche soit à domicile ou hospitalisé, l'allocation est fractionnable entre plusieurs personnes, à condition de ne pas excéder les trois semaines. Par exemple : si vous demandez le versement de dix jours d'allocations, votre sœur peut prendre le relais en demandant à bénéficier des onze jours restants.

Pour plus de renseignements sur les démarches à effectuer, rendez-vous sur le site de l'Assurance maladie ou contactez votre caisse.

En savoir plus: 

Source

Décret du 11 janvier 2011 relatif au service de l'allocation journalière d'accompagnement d'une personne en fin de vie et au congé de solidarité familiale