Dossier : Parkinson, mieux comprendre la maladie

De quelle aide a-t-il besoin ?

Aide à la personne : consultation médecin

Comme nous, notre parent est très attaché à son indépendance. Pour qu'il la conserve le plus longtemps possible, il est parfois incontournable d'accepter des aides extérieures.

Comme nous, notre parent est très attaché à son indépendance. Pour qu'il la conserve le plus longtemps possible, il est parfois incontournable d'accepter des aides extérieures.

Il n'est pas toujours facile à notre proche de demander une aide. Il est alors précieux que l'entourage soit attentif aux petits signes qui révèlent le besoin. Car une aide apportera un maximum de bénéfices si elle est mise en place un peu avant qu'il ne soit plus possible de s'en passer. Les personnes qui l'acceptent à temps conservent plus longtemps leur cadre et leur qualité de vie.

Des aides familiales ou professionnelles PONCTUELLES ?

Quand notre proche s'essouffle, devient maladroit, s'il ne change plus ses ampoules, ne range plus ses valises… C'est sans doute le signe de problèmes physiques (douleurs, raideurs, suites d'opération…) qui entraînent une difficulté à porter des charges lourdes, à effectuer certains gestes demandant de la souplesse, de l'agilité.

Il a besoin d'une aide familiale ou professionnelle : enfants, petits-enfants, femme de ménage, aides à domicile, magasins effectuant les livraisons, services de petits bricolages à domicile.

Cette aide occasionnelle va permettre

  • d'éviter des complications et des prises de risques inutiles, monter sur un escabeau par exemple ;
  • d'éviter un découragement de la personne face à ce qu'elle ne peut plus faire, comme enlever les mauvaises herbes du jardin ;
  • de ralentir l'évolution des difficultés ;
  • d'éviter la dégradation de son cadre de vie : fenêtres sales, robinet qui fuit, par exemple.

Elle évitera surtout à notre parent de voir diminuer son estime de lui-même. Quand notre « chez nous » se dégrade c'est un peu nous qui nous dégradons.

Des aides familiales ou professionnelles RÉGULIÈRES ?

Plus tard ces mêmes difficultés motrices, devenues plus importantes, amèneront à devoir demander de l'aide régulière.

Cette aide pourra intervenir plusieurs fois par semaine ou tous les jours (se renseigner auprès de la municipalité ou du CLIC. Elle pourra par exemple consister en :

  • Une aide pour prendre sans risques et sans fatigue excessive le bain, la douche, effectuer la toilette et l'habillage. Un aménagement spécifique de la salle de bains pourra être nécessaire ;
  • Une aide pour préparer les repas, faire les petites courses journalières (ou un service de portage des repas).

Une aide familiale ou professionnelle NUIT ET JOUR ?

Si notre proche est anxieux la nuit, qu'il sort et se perd, qu'il a des malaises, s'il lui est difficile d'être sûr d'avoir pris ses traitements et de savoir quel jour nous sommes, la présence d'une aide permanente à domicile devient nécessaire.

C'est aussi le moment où il sera bon de proposer des séjours temporaires dans une maison de retraite soigneusement choisie. Ces séjours permettront à notre parent de se familiariser avec la vie en maison de retraite, si jamais elle devient nécessaire.

Car les difficultés liées à son état de santé ou à son comportement peuvent un jour devenir telles que toutes les aides au domicile ne suffiront plus. Nous aurons tout fait pour que ce soit le plus tard possible…

Commencer à y penser tôt permet aussi d'avoir le temps de prospecter pour trouver un établissement qui convienne tant à vous qu'à votre proche.

En savoir plus: 

Source

Agathe Delisle, psychologue spécialisée en gérontologie