Mettre en place des séances de jeu lorsque l’on est aidant

Séances de jeu : couple et jeu de société

Dans le cadre de l’accompagnement d’un proche malade ou handi-capé au domicile, le jeu peut s’avérer être un véritable outil de stimu-lation, de communication et de partage relaxant.

Dans le cadre de l’accompagnement d’un proche malade ou handi-capé au domicile, le jeu peut s’avérer être un véritable outil de stimu-lation, de communication et de partage relaxant.

Conseils à suivre pour profiter d’avantage

L’aidant doit aussi éprouver du plaisir et de la complicité dans sa relation avec l’aidé. Ce temps d’interaction et de liberté avec le malade doit s’inscrire dans une relation non contrainte. Dans le cas d’Alzheimer, comme pour d’autres maladies apparentées, le respect de quelques règles simples mais indispensables permettra d’optimiser la séance de jeu :

  • Ne pas organiser le jeu dans la précipitation ou le stress de l’emploi du temps. L’aidant, s’il réserve un moment au cours duquel rien ne pourra venir interrompre ou perturber la séance, pourra alors s’investir totalement dans le jeu pour s’y consacrer de façon optimale.
  • Prévoir un espace calme, sécurisé et confortable à l’abri de toute agitation. Le joueur doit se sentir à l’aise et libre de ses mouvements. (Exemple: jouer au pingpong est possible dans un appartement car il existe des mini tables de pingpong bien adaptées au jeu d’intérieur, dans un volume de pièce même réduit.)
  • Observer les gestes et attitudes du joueur pour établir votre communication et empathie. Veiller à ne pas imposer ou forcer la personne à jouer est capital. Pensez également à adapter les séances de jeu en fonction de l’état physique ou de fatigue du proche est important. N’hésitez pas à proposer une pause au cours du jeu, si des signes d’agitation ou d’agacement apparaissent.
  • Bien choisir les jeux : un jeu trop difficile risque de générer de l’anxiété car il renverra au malade ses difficultés (à respecter les règles et organiser sa pensée). Les jeux symboliques ou d’assemblages créeront un espace de liberté et de créativité pour extérioriser l’angoisse. Veiller au niveau de difficulté du jeu permettra de renforcer l’estime de soi.

Des exemples de jeux :

Jeux de règles ( Monopoly, quizz, trivial pursuit, Scrabble, Bingo, échecs …), jeux  symboliques[1] (cartes), jeux d’assemblages et de constructions*, jeux physiques (quilles, pétanque, chamboule tout …), pourront stimuler et développer des compétences variées comme la représentation spatiale, le toucher, la motricité, la communication émotionnelle ou la concentration et bien d’autres encore …

Les jeux vidéos simples (Tetris, Pacman, jeux d’arcade, Wii) ne doivent pas être exclus. Ils constituent au Japon une thérapie quotidienne pour les personnes âgées.

Un ergothérapeute pourra également vous conseiller sur le type de jeu le plus adapté au cas spécifique de la personne que vous aidez.


[1] On peut trouver une gamme de jeux adaptés dans le catalogue de Théraloisirs : http://www.theraloisirs.fr/15-jeu-personne-agee-desorientee-ou-handicapee/