Dossier : Alzheimer : nos conseils pour mieux l’accompagner

Communiquer avec un malade d’Alzheimer : 8 choses à tenter

Alzheimer : femme déprimée

Avec votre parent atteint d'Alzheimer, vous allez devoir apprendre à communiquer autrement. Nos suggestions pour vous y aider…

Avec votre parent atteint d'Alzheimer, vous allez devoir apprendre à communiquer autrement. Nos suggestions pour vous y aider…

Vous l'avez peut-être constaté : échanger ou converser avec votre parent devient laborieux. La maladie semble l'avoir changé. Vous ne savez plus comment vous y prendre.

À noter : Si vous rencontrez des difficultés, ne culpabilisez pas et n'hésitez pas à demander de l'aide à votre entourage, au médecin qui suit votre parent. Surtout, évitez de vous isoler…

Voici 8 choses à tenter :

Captez son attention

La maladie d'Alzheimer rend la concentration difficile. En vous plaçant face à votre proche, vous entrez physiquement dans son environnement. Il s'y sent en sécurité, cela facilite la communication.

N'hésitez pas à lui toucher le bras et à le regarder dans les yeux pour saisir son regard.

Guidez la conversation

Les difficultés d'expression peuvent empêcher un malade d'entamer la conversation, alors à vous de lancer la discussion. Pour susciter son intérêt, préférez des sujets qu'il aime.

Utilisez un langage simple

L’incompréhension est bien souvent une question de langage. En vous adressant à votre parent, servez-vous de phrases courtes avec des mots simples.

Formulez bien vos questions

Évitez les questions ouvertes comme « Quel film veux-tu regarder ? » Ne pas pouvoir répondre peut être frustrant. Préférez : « Veux-tu regarder Forrest Gump ? »

Soyez patient

Votre proche présente des problèmes d'élocution, un symptôme courant ? Lorsqu'il bute sur un mot, reprenez-le si vous ne comprenez pas. Sinon, passez sans insister.

Joignez le geste à la parole

Il peut lui arriver d'oublier un mot, son sens et parfois les deux. Du coup, il ne voit pas ce que vous voulez dire. Associez les objets à l'idée : par exemple, montrez un verre quand vous lui demandez s'il a soif.

S'il ne comprend toujours pas, répétez lentement en utilisant les mêmes termes et sans élever la voix.

Soyez attentif à l’ambiance affective

Un malade d'Alzheimer perçoit l'environnement affectif et y est très sensible. Ainsi, le ton de votre voix ou un simple regard a beaucoup d'importance. Par exemple, s'il casse quelque chose et que vous lui dites « Ce n'est pas grave » sur un ton agressif, plus que le sens des mots, il retiendra que vous êtes énervé. À l'inverse, il sera mis en confiance s'il vous sent calme et bienveillant.

Adaptez-vous à son humeur

Vous qui le connaissez bien, tentez de déterminer son humeur à partir de son comportement : est-il nerveux, triste, joyeux… ? Adaptez votre attitude en conséquence : s'il est énervé, ce n'est peut être pas le moment de lui parler.

En savoir plus: 

Sources