L'écoute active

L'écoute active : homme et femme assis à la terrasse d'un café

L'écoute active ou écoute bienveillante a été développée à partir des travaux du psychologue et humaniste américain Carl Rogers. Apprendre à écouter est indispensable, en particulier dans toute relation d’aide.

L'écoute active ou écoute bienveillante a été développée à partir des travaux du psychologue et humaniste américain Carl Rogers. Apprendre à écouter est indispensable, en particulier dans toute relation d’aide.

Ecouter est peut-être le plus beau cadeau que vous puissiez faire à votre proche, C'est lui dire, non pas avec des mots, mais avec vos yeux, et tout votre corps : tu es important pour moi, je suis heureux que tu sois là...

Ecouter, c'est commencer par se taire... Ecouter requiert d’être disponible, attentif, concentré, et de développer une certaine empathie vis à vis de la personne aidée. Ecouter, c'est donner de son temps, faire abstraction de ses opinions et de ses sentiments pour porter une attention exclusive au message de l’autre.

Comment pratiquer l’écoute active ?

  • Adopter une attitude physique de disponibilité. Eviter par exemple les bras croisés, et abandonner toute tâche.
  • Laisser à la personne aidée le temps de s'exprimer, Ne pas redouter les silences,.
  • Ne pas se substituer à l’aidé pour lui dire ce qu'il doit être (éviter l’infantilisation)
  • Le regarder et lui donner des signes visuels d’intérêts (hochement de tête, par exemple)
  • Poser des questions ouvertes (questions appelant une autre réponse que oui ou non) afin de préciser et clarifier les propos.
  • Stimuler si nécessaire : « Peux-tu m’en dire plus ? » (questionner).
  • Si nécessaire, reformuler les propos de la personne avec vos propres mots pour être certain de bien comprendre et faire prendre conscience à la personne des propos qu'elle a tenus.
  • Toujours rester neutre et bienveillant

Vous devrez éviter de :

  • Couper la parole
  • De donner des solutions ou des conseils
  • Penser à autre chose ou faire autre chose (vous devez être totalement disponible)
  • Généraliser ou comparer (Avez-vous remarqué comment les "dialogues" sont bien souvent  remplis d'expressions du genre : "C'est comme moi quand..." ou bien "Oh ! ça me rappelle … »
  • Préparer vos réponses pendant que l’aidé parle
  • Avoir de la pitié. (Etre sensible aux sentiments et aux émotions éprouvés par l’autre n’est pas de la pitié)
  • Culpabiliser ou juger

Ecouter n’est pas avoir une conversation.

La conversation est un échange d’informations ou de point de vue. Même si elle est importante dans votre rôle d’aidant au quotidien pour maintenir un lien affectif, elle diffère cependant de l’écoute active qui impose discipline et rigueur de votre part.

Vous pourrez pratiquer l’écoute active avec le proche aidé dans les situations suivantes :

  • S’il s’exprime de façon peu précise (pour mieux comprendre)
  • S’il est fermé, en retrait, ou contrarié. Dans ce cas, vous l’inviterez à exprimer son ressenti par des questionnements sur ses craintes, ses appréhensions, ses regrets …
    Exemple : après une mauvaise nuit si l’aidé se plaint, ou se ferme au dialogue
  • En cas de conflits ou de tensions
    Exemple : l’auxiliaire de vie a changé l’organisation de la journée pouvant entraîner une contrariété ou une gène quotidienne. Avant de voir la situation prendre de l’ampleur faites le parler pour désamorcer les conflits ou irritations intempestives.
  • S’il semble avoir quelque chose d’important à dire mais a du mal à s’exprimer ou se plaint de ne pas être compris.
    Exemple : si vous percevez un sujet qui revient à plusieurs reprises, prenez le temps de l’écoute pour lui permettre d’exprimer et développer ses pensées.

Vous pourrez également pratiquer l’écoute avec les professionnels de santé, dans toute situation susceptible de générer une incompréhension de votre part ou de leur part. Les écouter attentivement et leur poser des questions ouvertes vous permettra d’apprendre, et peut-être de comprendre certaines situations difficiles, ou comportements qui vous sembleraient surprenants.