Partager

-A +A

Maltraitance financière : réagir en cas de soupçons

Si vous avez des doutes sur les intentions de personnes qui gravitent autour de votre parent, parlez-en pour en avoir le cœur net. En cas de maltraitance avérée, il existe des moyens de réagir.

Un voisin toujours prompt à accompagner votre parent pour faire des emplettes en ville et revenant les bras chargés, une belle-fille gratifiée de cadeaux plus souvent qu'à son tour, un conseiller financier empressé de faire investir votre aîné dans des placements très « rentables »… Si vous doutez du caractère désintéressé de tout ce monde qui entoure votre parent âgé, ne restez pas avec vos interrogations. Pour éviter de passer à côté d'une situation de maltraitance, posez-vous les bonnes questions, parlez-en aux bonnes personnes et, au besoin, réagissez !

 

Dépister la maltraitance

Dès lors que vous avez un soupçon sur la probité d'une personne en relation avec votre proche, il est important que vous meniez une petite investigation.

  • Pour ce faire, adressez-vous au centre d'écoute de la Fédération ALMA France (Allô Maltraitance des personnes âgées et/ou des personnes handicapées) de votre département. (Vous trouverez la liste des antennes départementales à cette adresse sur le site Internet de la Fédération. Des spécialistes pourront vous aider à détecter si votre proche est victime de maltraitance financière et, le cas échéant, vous conseiller sur les actions à mener.
  • Vous pouvez aussi appeler le 3977, numéro de téléphone national mis en place par les pouvoirs publics. Si un suivi de proximité s'avère nécessaire, un dossier est transmis au partenaire du département dont dépend votre « protégé » : Alma France, le Conseil général ou une association conventionnée selon les cas.

 

Dénoncer la maltraitance

Si votre intuition paraît fondée, vous pouvez agir de différentes manières :

  • En parler au médecin traitant de la personne âgée. Alerté, celui-ci sera particulièrement attentif à sa bonne santé « mentale » et pourra lui parler, voire, si son patient refuse de l'écouter, alerter le Procureur de la République s'il estime qu'il devrait bénéficier d'une mesure de protection juridique (sauvegarde de justicecuratelle ou tutelle).
  • Effectuer vous-même un signalement au Procureur de la République afin qu'il évalue l'opportunité de mettre votre parent sous protection judiciaire.
  • Alerter le notaire de votre parent. En cas de demande un peu « fantaisiste » de la part de son client, il peut, en vertu de son devoir de conseil et d'information, le dissuader de réaliser certains actes. Il peut également effectuer un signalement au Procureur de la République.
  • Prévenir la banque afin qu'elle ait un œil attentif sur les mouvements du compte de votre parent et vous alerte en cas de dépense anormale.

Bien sûr, le mieux est d'aborder la question avec l'intéressé lui-même… Mais celui-ci n'est pas toujours prêt à reconnaître qu'il se fait abuser, d'où l'intérêt de contourner la difficulté.

 

En savoir plus: 

Source

Fédération ALMA France (Allô Maltraitance des personnes âgées et/ou des personnes handicapées