Dossier : Comprendre le cancer

Chimiothérapie : attention aux risques d'infection

Cancer - crayon et gomme

La chimiothérapie ne détruit pas que les cellules cancéreuses. Les cellules à croissance rapide comme les globules blancs en subissent, quant à elles, les effets « collatéraux ». Leur disparition entraine un risque accru d’infection. Voici comment y faire face.

La chimiothérapie ne détruit pas que les cellules cancéreuses. Les cellules à croissance rapide comme les globules blancs en subissent, quant à elles, les effets « collatéraux ». Leur disparition entraine un risque accru d’infection. Voici comment y faire face.

Les précautions à prendre

Les globules blancs constituent une partie essentielle de notre système immunitaire utilisé pour combattre les infections. Sans eux, l’organisme est sans défense face aux microbes de toutes catégories : virus et bactéries. Voici les règles d’or à appliquer pour éviter à votre proche d’y être confronté :

  • Le lavage régulier des mains. 70% des microbes sont transmis par les mains. C’est pourquoi il est important, pour la  personne malade comme pour tout son entourage, de les laver très régulièrement et notamment après être allé aux toilettes. Ce geste tout simple se fait avec de l’eau et du savon ou un gel hydroalcoolique en prenant son temps (20 secondes minimum) et en n’oubliant ni les espaces entre les doigts, ni les ongles, ni les poignets.
  • Le port du masque. Portez-le si vous êtes vous-même contaminé par une maladie des voies respiratoires (rhume, rhinopharyngite, angine, bronchite…), vous éviterez ainsi de contaminer votre proche par des microgouttelettes de salive porteuses de microbes.
  • L’attention aux petits bobos. Aucune plaie, aussi petite soit-elle, ne doit être considérée à la légère. Prenez le temps de les désinfecter soigneusement.
  • Faites en sorte que votre proche malade évite les lieux publics trop bondés qui  multiplient les risques d’être en contact avec un agent infectieux.
     
  • Pour la toilette quotidienne, conseillez à votre proche une douche plutôt qu’un bain et la main plutôt que le gant de toilette pour le savonnage. Quant au séchage il doit être soigneux et concerner tous les plis afin d’éviter la macération, quitte à utiliser un sèche-cheveux.
  • Prenez-lui rendez-vous chez le dentiste afin de vérifier l’absence de lésion ou d’infection bucco-dentaire.

Les signes à ne pas négliger

Vous devez immédiatement contacter le médecin de votre proche si :

  • il a de la fièvre, notamment si elle est accompagnée de frissons et de courbatures
  • il tousse ou est anormalement essoufflé
  • il souffre de diarrhées
  • il a des douleurs en urinant et urine souvent.
  • Présente des rougeurs ou du pus au niveau d’une lésion de la peau ou des muqueuses

Dans tous les cas, évitez l’automédication. Avant de donner un médicament, même s’il vous semble banal, demandez l’avis de votre pharmacien, votre médecin traitant ou de l’infirmière coordinatrice du service de cancérologie où votre proche est suivi.

En savoir plus: 

Guide de prévention de Docvadis

Un site québecois sur le lavage des mains