Dossier : Maladies psychiques

Comprendre la maladie bipolaire de mon proche

Bipolarité : couple canapé

Le trouble bipolaire touche en France entre 1% et 3% de la population, soit plus de 600 000 personnes. Il perturbe parfois les relations avec les proches. C’est pourquoi il est important de bien connaître la maladie lorsque l’on vit auprès d’une personne concernée.

Le trouble bipolaire touche en France entre 1% et 3% de la population, soit plus de 600 000 personnes. Il perturbe parfois les relations avec les proches. C’est pourquoi il est important de bien connaître la maladie lorsque l’on vit auprès d’une personne concernée.

Si votre proche présente un trouble bipolaire, voici les réponses aux principales questions que vous pouvez vous poser.

Bi polaire et  maniaco-dépressif, est-ce la même chose?

Oui. Les deux termes définissent une maladie qui se traduit par une alternance d’états dépressifs et d’états maniaques.

Les états dépressifs, peuvent se caractériser par : de l’apathie, de la tristesse, des ruminations, un ralentissement de la pensée, une perte d'appétit ou au contraire des accès de boulimie, un désintérêt pour des activités auxquelles la personne prenait habituellement plaisir, des idées suicidaires. Ces idées de mort doivent être prises au sérieux car la maladie bipolaire multiplie par 10 le risque de suicide.

Les états maniaques sont définis, eux,  par des sensations d’euphorie. Votre proche peut avoir l’impression d’avoir mille idées à la seconde, une confiance en soi illimitée. Dans ces phases maniaques certains comportements peuvent être inquiétants comme une consommation élevée de drogue ou de d’alcool, des dépenses inconsidérées, des actions impulsives irréfléchies, une désinhibition entraînant des comportements sociaux inadaptés, ou bien encore des réveils nocturnes avec un passage immédiat à des activités habituellement diurnes.

Il est à noter qu’il existe deux types de troubles bipolaires. Dans ceux de type 1, l’alternance des deux états est très manifeste et il peut y avoir des symptômes psychotiques (perte de réalité). Dans ceux de type 2 les phases dépressives sont bien présentes, mais, en ce qui concerne l'autre versant de la maladie, on, parle plutôt de phases d’hypomanie (petite manie). Votre proche n’est pas délirant mais il peut vous paraître différent de celui que vous connaissez habituellement;  sa gaité par exemple peut vous sembler forcée ou décalée par rapport à la réalité.

Comment se soigne la maladie bipolaire ?

La maladie bipolaire se soigne très bien avec des médicaments adaptés, complétés éventuellement par une psychothérapie (d'inspiration psychanalytique ou comportementale), de la relaxation et/ou des séances de méditation de pleine conscience. Cela permet d’améliorer l’état du malade, mais la maladie  ne guérit jamais totalement.

Mon proche peut-il arrêter ses médicaments quand il se sent mieux?

Surtout pas! Si votre proche se sent mieux, c’est que le traitement fait effet. L’arrêter risque de faire flamber à nouveau les symptômes. Dans certains cas, des pauses peuvent être toutefois prévues avec l’accord du médecin prescripteur.

J'ai entendu parler de psychoéducation, de quoi s'agit-il et qui est concerné?

Il s'agit d'un programme qui permet à la personne souffrant de maladie bipolaire, de mieux se prendre en charge. C'est ce qu'on appelle aussi l'éducation thérapeutique.  Il est proposé en complément du ou des traitements médicamenteux et psychologiques. Il s'agit pour le patient de mieux connaître sa maladie, les signes avant-coureurs et déclencheurs d'un épisode maniaque ou dépressif, mais aussi de comprendre le traitement. Ces programmes mettent en relation les patients entre eux, leur permettent d'échanger avec les équipes soignantes. Mais la psycho éducation vous concerne également : elle vous permet de mieux faire face à ces troubles qui envahissent le quotidien. Si le psychiatre qui suit votre proche ne peut vous orienter vers un service où une telle prise en charge est pratiquée, adressez-vous aux associations. Elles pourront vous indiquer des centres mais certaines organisent des réunions d'informations et des groupes de parole qui peuvent également vous être utiles.

On a proposé des séances d’électrochocs à mon mari, n’est-ce pas une pratique archaïque et dangereuses?

Non. L’électroconvulsivothérapie (ECT) est un soin très encadrée. Elle se pratique aujourd’hui sous anesthésie générale. Elle est proposée dans les cas de dépression grave (mélancolie), lorsque les médicaments ne sont pas suffisamment efficaces. Elle apporte une amélioration dans 80% des cas. Les troubles de la mémoire qu’elle entraîne sont le plus souvent transitoires.

A quoi dois-je être attentif(ve) au quotidien?

Il est conseillé à votre proche d’avoir une  bonne hygiène de vie : éviter les excitants, l’alcool, les drogues, bien dormir, pratiquer une activité sportive, apprendre à gérer son stress. Bien sûr, vous pouvez l’aider, mais si vous avez l’impression que la maladie prend trop de place dans votre couple, votre famille, n’hésitez pas à en parler. La participation à des groupes de paroles, les thérapies familiales ou individuelles peuvent vous aider.

En savoir plus: 

Sites à consulter

http://www.troubles-bipolaires.com un site conçu par des médecins psychiatres

http://www.argos2001.fr une association de malades bipolaires

A télécharger

http://www.unafam.org/IMG/pdf/vivre_troubles_bipolaires_web.pdf Un guide très bien conçu par l’Unafam (unafam.org) une association d’information et d’accompagnement des malades psychiques et de leur famille.

A lire

La maladie bipolaire expliquée aux souffrants et aux proches » du Dr Raphaël Giachetti aux éditions Odiles Jacob.