Dossier : Alzheimer : nos conseils pour mieux l’accompagner

Dépendance : les signes de fragilité

Perte d'autonomie : femme âgée assise sur un banc

La dépendance n'est pas inéluctable. Pouvoir identifier les faiblesses de votre proche dès les premiers indices est un bon moyen pour retarder la dépendance.

La dépendance n'est pas inéluctable. Pouvoir identifier les faiblesses de votre proche dès les premiers indices est un bon moyen pour retarder la dépendance.

La dépendance ne vient en général pas d'un coup. Elle s'annonce par un certain nombre de signes, auxquels on ne prête pas toujours attention, les mettant sur le compte du vieillissement. 40 % des plus de 65 ans présenteraient ces signes de fragilité. En repérant tôt ceux qui pourraient survenir chez votre proche, vous pouvez contribuer à éviter que cette fragilité ne devienne dépendance.


Ces signes, surtout s'il y en a plusieurs, sont à surveiller pour éviter une aggravation. Ce sont des indices de fragilité qui permettent d'évaluer la perte d'autonomie. Parlez-en à votre parent, à son médecin traitant, demandez-lui au besoin d'obtenir un rendez-vous pour une consultation d'évaluation gérontologique. La prévention de la dépendance est primordiale car une fois qu'elle est installée, il est impossible de revenir en arrière.

Les différents signes de fragilité

Il perd du poids

Votre proche n'est peut-être plus capable de se faire à manger ou bien il n'a plus d'appétit. Quelle qu'en soit la raison, la perte de poids est dangereuse car elle crée des carences. L'organisme devient alors plus fragile et se laisse facilement infecter. Assurez-vous que votre parent se nourrit bien. Au besoin, préparez avec lui les plats de la semaine en respectant ses goûts.

Il marche très lentement

Certes, on ne peut pas demander à votre père de 80 ans d'avoir ses jambes de 20 ans. Mais si vous constatez qu'il a de plus en plus de difficultés à marcher, réagissez. Ses difficultés à se déplacer ou à faire certains gestes peuvent l'amener à prendre des risques inutiles, voire à aggraver ses problèmes articulaires. De plus, se trouver mis en échec dans ses activités quotidiennes peut l'attrister, le déprimer. Il y a peut-être des choses à faire : traiter son arthrose, lui acheter des chaussures adaptées, l'équiper d'une canne.

Il a moins de force

La force musculaire décline inéluctablement avec l'âge. Toutefois, si vous remarquez que votre mère, qui avait jusqu'ici de la poigne, ne peut plus ouvrir sa bouteille d'eau, une pathologie sous-jacente peut être en cause. Sont-ce les rhumatismes, les conséquences d'une mauvaise alimentation ou d'une maladie qui l'affaiblit ? Son médecin traitant et/ou un gérontologue saura répondre à ces questions.

Il devient sédentaire

Votre proche ne veut plus sortir parce qu'il fait trop froid, il est fatigué… Attention à l'isolement ! Cette perte d'activité sociale et physique le fragilise. Essayez de comprendre pourquoi : a-t-il peur de tomber parce qu'il marche difficilement, se sent-il plus faible ? Incitez-le à ne pas renoncer à toute sortie : par exemple au lieu de faire les courses à sa place, accompagnez-le, n’hésitez pas à lui forcer un peu la main pour une petite balade quotidienne.

Il cumule les petits pépins de santé

Douleurs récurrentes, perte progressive de l'ouïe, de la vue, problèmes d'équilibre… Votre parent peut perdre la capacité, ou l'envie, de se débrouiller seul. Des lunettes adaptées, un appareillage auditif, une canne… peuvent parfois suffire pour l'aider à surmonter ces difficultés.

Il a des troubles de la mémoire

Votre proche se plaint de sa mémoire qui flanche ? N'y voyez pas nécessairement les premiers symptômes de la maladie d'Alzheimer. Les troubles de la mémoire, qui augmentent avec l'âge, peuvent avoir d'autres causes : anxiété, dépression, médicaments... Rassurez-le et incitez-le à consulter pour en avoir le cœur net.

Prendre soin de son proche, Mais…

…en relativisant ! N’allez pas jusqu’à dramatiser la moindre petite faiblesse, comme tout le monde il peut avoir des hauts et des bas ! Un petit coup de mou n’est pas forcément un signe de dépendance, cela peut tout simplement être dû à une fatigue passagère.

En savoir plus: 

Source :
« Ensemble, prévenons la dépendance », le blog des sciences du vieillissement et de la prévention de la dépendance