Dossier : Alzheimer : nos conseils pour mieux l’accompagner

Peut-il encore vivre seul ?

Perte d'autonomie : sourire femme âgée

Votre proche vit seul et se débrouille tant bien que mal. Mais vous avez l'impression qu'il devient moins autonome. Apprenez à repérer s'il a désormais besoin d'une aide.

Votre proche vit seul et se débrouille tant bien que mal. Mais vous avez l'impression qu'il devient moins autonome. Apprenez à repérer s'il a désormais besoin d'une aide.

Le besoin d'aide va surgir parfois brutalement chez notre proche, notre parent, à la suite d'une maladie, d'une fracture, d'un accident vasculaire cérébral, au retour d'une hospitalisation. Mais il peut aussi se faire sentir à la suite d'un processus plus discret et progressif de perte d'autonomie. En voici quelques indices :

L'affaiblissement des sens

Notre mère nous dit aussi n'avoir pas renouvelé son abonnement à la bibliothèque, la lecture lui manque affirme-t-elle, mais ses lunettes ne sont plus assez fortes et son ophtalmologiste habite trop loin. Ou encore elle nous demande de répéter ce que nous venons de lui dire, elle se plaint de ce que l'animatrice à la télé marmonne et doit augmenter le volume. Une audition qui s'affaiblit, une vue qui baisse, mal ou pas corrigées, vont l'isoler et elle risque de se replier sur elle-même.

Les difficultés physiques

Un jour, notre père nous confie ne plus aller au club de pétanque où il retrouvait ses amis. C'est trop loin, monter dans le bus est devenu difficile, conduire est impossible. Quand nous lui demandons la cause de ce bleu sur sa jambe, il nous dit être tombé à cause du tapis. Il se plaint de devoir descendre faire des courses très souvent car il ne peut plus porter que peu de choses à la fois et tirer un caddy lui fait très mal à l'épaule.


Ses difficultés à se déplacer ou à faire certains gestes peuvent l'amener à prendre des risques inutiles, voire à aggraver ses problèmes articulaires. De plus, se trouver mis en échec dans ses activités quotidiennes peut l'attrister, le déprimer.

Les troubles de mémoire

Elle est très gênée car elle avait oublié que nous avions rendez vous pour déjeuner et elle n'a rien préparé. Peut-être parfois oublie-t-elle aussi un rendez vous chez le médecin, le podologue ? Cela risque d'avoir des conséquences néfastes sur sa santé.

En parlant cuisine, nous nous rendons compte qu'elle se contente de repas monotones et qui manquent de légumes et de viandes. Peu à peu son régime risque de s'appauvrir, avec de possibles carences et une altération de son état général.

Le découragement

Notre proche nous dit qu'il s'ennuie. Il ne peut plus faire tout ce qu'il faisait avant et pense qu'il ne vaut plus rien, qu'il est inutile. Il exprime qu'il se sent très seul et que sa défunte épouse lui manque beaucoup. Nous nous apercevons par hasard que son médecin lui a prescrit des anxiolytiques. Serait-il en train de sombrer dans la dépression ?

Tous ces éléments indiquent que votre parent, qui jusque là se débrouillait seul, peut désormais avoir besoin d'une aide dans certains actes de la vie courante. Pour évaluer précisément ses difficultés, commencez par en parler à son médecin traitant, en lui demandant une consultation auprès d'un gérontologue. Un bilan gérontologique permettra de faire la part entre problèmes moteurs, sensoriels, déclin des capacités cérébrales ou dépression. Ce bilan complet vous aidera à définir les aides nécessaires.

En savoir plus: 

Source :
Agathe Delisle, psychologue spécialisée en gérontologie