Polyarthrite rhumatoïde : les réponses à vos questions

Polyarthrite rhumatoïde : main tenant une fleur

La polyarthrite rhumatoïde est une inflammation des articulations qui peut toucher les hommes comme les femmes, quel que soit l’âge Si votre proche a été diagnostiqué, voici les réponses aux principales questions que vous vous posez, d’après le concours de l’Association Française des Polyarthritiques et des rhumatismes inflammatoires chroniques.

La polyarthrite rhumatoïde est une inflammation des articulations qui peut toucher les hommes comme les femmes, quel que soit l’âge Si votre proche a été diagnostiqué, voici les réponses aux principales questions que vous vous posez, d’après le concours de l’Association Française des Polyarthritiques et des rhumatismes inflammatoires chroniques.

La polyarthrite rhumatoïde touche 0,25% à 0,50% de la population, quels que soient l’âge et le sexe. Toutefois, elle survient majoritairement chez les femmes (3 femmes touchées pour 1 homme) et entre 40 et 60 ans.

1- Qu’est-ce exactement que la polyarthrite rhumatoïde ?

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie chronique touchant plusieurs articulations, notamment les mains et les pieds. Elle provoque une inflammation des articulations, à la différence de l'arthrose qui est liée à l'usure des articulations et au vieillissement.

La polyarthrite se caractérise par un gonflement des articulations et par des douleurs dont l'intensité peut varier dans la journée. Elle s'accompagne d'une fatigue persistante, d'une perte de mobilité et de difficultés à effectuer les gestes les plus simples comme ouvrir une bouteille d'eau, tourner une clef, etc.

 Cette maladie évolue par poussée et peut entraîner une destruction des articulations responsable de handicaps. Elle peut également endommager d'autres organes comme le cœur ou les poumons.

2- La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie génétique ?

On ne connaît pas encore l'origine de la maladie, mais on sait que plusieurs causes favorisent sa survenue : des facteurs génétiques connus ou encore le tabac ont été mis en évidence, ainsi que d'autres facteurs interviendraient comme des facteurs environnementaux, alimentaires, psychologiques etc.

Il faut noter qu’aucun de ces facteurs ne peut déclencher la pathologie à lui seul.

3- Peut-on guérir la polyarthrite rhumatoïde ?

Pour l'instant, on ne sait pas guérir la polyarthrite rhumatoïde, mais des médicaments permettent d'agir sur l'activité de la maladie, voire d'obtenir des rémissions. On les appelle des "traitements de fond". Ils agissent sur l'évolution de la maladie pour éviter ou diminuer les destructions articulaires. Ils sont associés à des traitements "symptomatiques" qui vont agir sur la douleur et sur l'inflammation.

Il est important que votre proche voie régulièrement son rhumatologue pour évaluer l'efficacité du traitement, le suivi de la prise en charge et surveiller la tolérance aux traitements.

4- Les médicaments sont-ils les seules solutions ?

Ils sont indispensables, mais d’autres traitements peuvent permettre de mieux vivre avec une polyarthrite :

  • La kinésithérapie, pour préserver les fonctions articulaires, en renforçant la souplesse des articulations et la force des muscles,
  • L’ergothérapie qui permet de trouver des solutions pour continuer à réaliser tous les gestes quotidiens, tout en ménageant ses articulations douloureuses. L'ergothérapeute peut proposer l'utilisation d'aides techniques, l'aménagement du domicile de votre proche ou encore réaliser des orthèses, appareillages orthopédique qui permettent de soulager les articulations douloureuses (orthèses de repos) ou d’aider dans certains gestes du quotidien (orthèses de fonction).
  • Le pédicure-Podologue, pour rechercher et prévenir toutes déformations au niveau des pieds, apporter un confort pour la marche et préserver l'autonomie dans les déplacements.
  • La chirurgie qui peut être parfois nécessaire pour restaurer la fonctionnalité d’une articulation.
  • La diététique pour mettre en place des mesures pour corriger les carences et prévenir ou traiter les pathologies associées (ostéoporose, pathologie cardio-vasculaire, surcharge pondérale...)
  • La psychothérapie de soutien, pour accompagner les changements et les conséquences liés à la maladie.

5- À part ses articulations, que doit surveiller mon proche ?

  • L’état de ses os. La maladie en elle-même et les corticoïdes qu’il prend en grande quantité augmentent le risque d’ostéoporose. Il est donc important qu’il surveille ses apports en calcium.
  • Son système cardio-vasculaire. La polyarthrite rhumatoïde est associée à un risque élevé de troubles cardiovasculaire. Il est donc important de :
    • consulter un cardiologue chaque année,
    • soigner son alimentation (pas trop de gras, de sel favoriser les fruits, légumes, poissons),
    • arrêter le tabac,
    • surveiller son poids
    • et continuer à bouger dès que cela est possible en suivant les conseils de son kinésithérapeute.
En savoir plus: 

Liens utiles

www.polyarthrite.org le site d’information de l’Association Française des Polyarthritiques et des rhumatismes inflammatoires chroniques

http://www.rhumatologie.asso.fr/04-rhumatismes/grandes-maladies/0d-dossier-polyarthrite/sommaire-polyarthrite.asp Un guide pratique en ligne sous forme de questions/réponses réalisé par la Société Française de Rhumatologie.